Interview de Sébastien Thiery, instructeur français de Muay Chaiya

 

 

Aujourd’hui j’ai le plaisir d’interviewer Sébastien Thiery, un des rares français à avoir pu pratiquer le Muay Chaiya, un style traditionnel de muay thai, également instructeur dans ce style.

24-09-10_f0635158001285338057

Kru Lek,  chef de file du Muay Chaiya avec Sébastien Thiery après la cérémonie d’acceptation en tant qu’élève

 

Bonjour Sébastien et merci d’avoir accepté de répondre à cette interview.

Bonjour Yvan, merci à toi pour cette interview.

Tout d’abord, peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours?

Sébastien Thiery, 34 ans, j’ai débuté les arts martiaux et les sports de combat par le full contact et la savate pendant 2 ans puis après une pause dûe à la fermeture du club, j’ai commencé le Jun Fan Gung Fu (Jeet Kune Do concept), le Kali eskrima (style Inosanto) et le Maphilindo Silat pendant 4 ans avec des pauses entre deux car j’avais déjà la boujotte à l’époque.  J’ai découvert le Muay Chaiya en faisant des recherches sur les arts martiaux traditionnels Thaïlandais Passant beaucoup de mon temps en Thaïlande je me suis mis à la recherche d’une école et  j’ai trouvé Baan Chang Thai , l’école de Kru Lek à Bangkok.

Tu pratiques le muay chaiya, qu’est ce qui t’as attiré dans cette discipline?

Ce qui m’a attiré c’est d’abord que c’était un style traditionnel et non pas sportif. Ce qui correspondait plus à ce que je recherchais car j’ai aussi pratique un peu le Muay Thai sportif quand j’étais là-bas mais je n’étais pas satisfait mis à part pour le côté physique et cardio. Dans le Muay Chaiya, J’ai trouvé l’approche du combat très intéressante et les techniques originales et vicieuses… Un style très riche, rempli de petits détails.

Peux-tu nous dire d’où vient cette boxe?

Cette boxe vient bien sûr de Thaïlande, mais plus précisément de la ville de Chaiya dans la province de Surathanie dans le sud de la Thaïlande.

Quelles sont les différences avec la boxe thai sportive?

C’est une forme traditionnelle, elle n’a pas été créée pour la compétition sur un Ring. Ensuite je lui trouve, ainsi que beaucoup de pratiquants d’arts martiaux Chinois qui ont eu l’opportunité de découvrir ou de pratiquer ce style, beaucoup de points communs avec des styles traditionnels Chinois. Par exemple, grande utilisation des coudes xingyi et zui quan (Boxe de l’homme ivre), déplacements en triangle sur les côtés et déplacements enroulés d’homme ivre sur attaque frontale, de biais saisi de jambe balayages… D’autre voient aussi des similitudes avec le Tang Lang, c’est ce que j’ai pu glaner en discutant avec les pratiquants de Gung Fu que j’ai croisé. On m’a cité aussi le Hung Gar et le Wing chun.  Pour ma part j’ai pu faire le parallèle avec le travail des armes, étant aussi pratiquant d’arts martiaux Philippins, l’Arnis m’a permis de comprendre pas mal de concept du Muay Chaiya au niveau des déplacements et de l’origine des techniques qui viennent de la pratique des armes.

Ce style utilise beaucoup les coudes pour la défense et l’attaque. On l’appelle aussi le style du Durian. Le durian est un fruit avec de grosses épines si bien que l’on doit le prendre avec des gants pour ne pas se blesser. Le Muay Chaiya reprend un peu ce principe. La garde et le système défensif est tel que l’on ne sait pas ou attaquer sans se blesser ou venir s’empaler sur les pointes du corps. Les coudes et les genoux servent à bloquer et utilisent la force de l’adversaire pour s’en servir contre lui (vous voyez quand je vous dit qu’il y a de la chinoiserie de ce style 🙂 ). Donc on reproduit le système du durian ou du hérisson,  qui est plus familier dans nos contrées, mais l’idée est la même quand il est en boule on ne sait pas comment le prendre sans se piquer.

Quels sont les principes pédagogiques de cette boxe? A quoi ressemble un entrainement classique?

Nous avons dix exercices fondamentaux, le Yaang Saam Kum qui est le souffle du Muay Chaiya comme aime le dire Kru Lek. C’est en fait le footwork. On pratique des combinaisons que l’on pourrait comparer à des Katas, du travail au sac, Top Hue qui est un exercice pour pratiquer la défense et du sparring bien sûr. Nous avons une multitude d’exercices rien que pour pratiquer la défense qui est le point fort de cette boxe. On passe beaucoup de temps sur la défense avant d’apprendre l’attaque et la contre-attaque.

Le cours se déroule toujours de la même manière : on commence toujours par les 10 fondamentaux, des exercices qui ont pour fonction de préparer le corps, la garde, les mouvements fondamentaux. Ça se décompose en 10 exercices de 3 min. Nous faisons les 6 premiers puis un petit break puis on enchaîne sur les 4 derniers. Les exercices sont bien sûr de plus en plus durs et de plus en plus physiques. Ensuite nous pratiquons le Yaang Saam Kum  (the three treasure steps) qui sont tous les déplacements du Muay Chaiya. Ils travaillent bien sur l’équilibre car nous avons des positions sur une jambe, il y a donc beaucoup d’exercices douloureux pour travailler nos appuis et les rendre solides. On enchaîne ensuite sur les enchaînements techniques qui pourraient s’apparenter à des katas. Ils nous apprennent à lier les techniques entre elles pour que cela devienne instinctif et que tout s’enchaîne naturellement. Pour ceux qui sont dans le groupe avancé avec Kru Lek ils finissent ensuite sur les déplacements, mais ceux-là diffèrent du début. Au début on travaille par série, là Kru Lek dit un déplacement et on exécute. Ils sont dans le désordre dans toute les directions, il faut donc retenir toutes les terminologies et surtout être réactif. Parfois il donne 3 ou 4 déplacements d’affilé et on doit s’exécuter. On finit toujours sur la position Sua Laak Hang (le tigre qui traine la queue) une position très basse qui est la position de base pour le Luk Mai (contre-attaque) du même nom. Pareil, on va d’avant en arrière, à droite à gauche, on se retourne mais toujours rester dans cette position qui fait très mal aux cuisses, croyez moi.

Ensuite après une petite pause en général, d’une semaine à l’autre on fait des roulements sur la fin de l’entraînement, une semaine nous clôturons l’entraînement avec l’exercice qu’on appelle Top Hue (claquer les oreilles 🙂 ) nous divisons les élèves en 2 et faisons 2 lignes et ils se font face. C’est un exercice pour travailler les réflexes et la défense. Pendant 1min30 un côté va attaquer pendant que l’autre doit défendre. Le but pour celui qui attaque est de toucher les oreilles de son partenaire. On commence doucement mais ensuite on peut feinter, accélérer le plus possible  pour arriver à le surprendre. Celui qui défend ne doit pas laisser l’autre lui toucher le visage, la tête ou les oreilles. Dans une forme plus avancé de  cet exercice on varie la hauteur des attaques et le type d’attaque. Ensuite on change les rôles celui qui attaquait défend et vice versa puis la ligne extérieure se décale pour pratiquer avec le partenaire d’à côté ce qui permet à tout le monde de pratiquer avec tout le monde.

Seconde possibilité nous faisons des groupes un attaquant va avoir un groupe de 2 ou 3 partenaires qui travailleront avec lui à tour de rôle. Encore une fois l’attaquant pour toucher son partenaire. Là toutes les techniques sont permises mais on travaille en souplesse et pas en puissance. Cela permet à l’attaquant de travailler ses combinaisons et ses feintes tandis que ses partenaires, eux ne peuvent que défendre puisqu’ils n’ont pas le droit ni d’attaquer, ni de contre attaquer. Ceci permet de se retrouver parfois en stress car on ne peut que bloquer, ce qui est très frustrant quand les coups pleuvent de partout et sous tous les angles. On travaille le mental, à ne pas craindre les coups, à avancer plutôt que reculer. En effet, en Muay Chaiya on veut rentrer, on casse la distance, c’est une boxe très rapprochée ou on cherche le contact. On  applique les mouvements de défense associes aux déplacements. C’est très frustrant comme exercice, mais très intéressant.

Dernière variante, Les Luk Mai (contre-attaque) Kru Lek nous montre quelques Luk Mai puis des groupes sont constitues et se voient attribuer un panel de Luk Mai à pratiquer selon les degrés d’avancement de l’élève. Il pratiquera donc des techniques avancées ou plus simples. Souvent après que le cours soit fini, l’école reste ouverte et nous restons une ou deux heures de plus pour continuer à s’entraîner, sparrer, faire un peu de fitness. Les cours collectif finissent à 19h mais il n’est pas rare qu’il y ait du monde jusqu’à 22h-22h30 qui continue à s’entraîner.

Quels sont tes pratiquants et instructeurs références dans ces disciplines?

Bien sur mon maître Kru Lek et ses maîtres avant lui. Pramajarn Kaet Sriyapai qui était reconnu comme le plus grand maître de Muay Chaiya. Son père était le gouverneur de la Ville de Chaiya qui avait lui-même appris de Por Tan Mar le fondateur du style. Pramajarn Kaet a étudié auprès de 13 maîtres de muay différents dont Ajarn Kimseng qui était un très grand du Muay.  Ensuite il y a Kru Thong Lor Yalae qui était aussi un élève de Pramajarn Kaet Sriyapai. C’était un grand combattant il a fait plus de 200 combats en utilisant le Muay Chaiya il fut le second maître de Kru Lek. Il est mort en 1996 et c’est à ce moment que Kru Lek commença à transmettre ce qu’il avait appris. Ensuite il y a Tae l’élève sénior de Kru Lek c’est incroyable de le regarder sparrer, la fluidité la rapidité et la précision de ces mouvements, et c’est très douloureux de sparrer avec lui ! Il y a aussi Kru Nathan Brown qui était aussi un de mes instructeurs à Baan Chang Thai durant mes 4 années à Bangkok et un ami. Pour finir j’aurais toujours une pensée spéciale pour Kru Aof un des assistant de Kru Lek qui nous a quitté l’année dernière, c’était une personne incroyable, toujours prêt à aider dans notre pratique, à sparrer et il était aussi un ami.

Est-ce que cette boxe se développe bien au niveau mondial?

Kru Nathan Brown y travaille. C’est son projet. C’est pour cela qu’il est revenu en UK pour créer une Fédération internationale et organiser tout cela afin de former des instructeurs compétents avec un suivi et une transparence dans leur apprentissage, le niveau qu’ils sont habilités à enseigner etc…

Donnes-tu des cours actuellement ou comptes tu en donner?

Kru Lek m’a habilité à enseigner, j’assistais déjà Kru Lek quand j’étais à Bangkok pour l’aider à enseigner vu le nombre grandissant d’élèves qui viennent dans son école, surtout des étrangers. Avoir des assistants Francophones et Anglophones est d’une grande aide donc oui je compte donner des cours si des gens sont intéressés.

Quels sont tes futurs projets pour le développement du muay chaiya?

Aider comme je peux pour populariser ce style et le transmettre ce qui il m’a été transmis et surtout retourner en Thaïlande auprès de Kru Lek continuer mon apprentissage qui est loin d’être terminé.

Où te trouver pour pratiquer cette discipline?

Pour le moment je suis à Louviers en Haute Normandie entre Evreux et Rouen.

Merci beaucoup Sébastien d’avoir pris le temps de repondre a mes questions, je te souhaite bonne chance pour le développement du muay chaiya et nous nous tiendrons au courant de ton actualite !

Merci et à bientôt!

PS: une vidéo de Kru Lek pratiquant le muay chaiya

http://www.youtube.com/watch?v=qZ-V3p6Waa4

Et ici le site du muay chaiya de Nathan Brown, le plus haut gradé européen avec un instructional en ligne que je reviewerai prochainement:

http://www.muaychaiya.co.uk/

Et pour contacter Sébastien: sebastien_thiery@hotmail.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *