La différence entre un principe et une technique…

Bonjour à tous,

aujourd’hui, un petit billet sur la différence entre un principe et une technique. Pourquoi? Parce que comprendre cette différence est nécessaire pour bien enseigner mais aussi bien apprendre!

 

L’importance de différencier clairement le principe de la technique

Je vais donc d’abord définir ces deux éléments dans le cadre dans lequel je vais les utiliser, à savoir les arts martiaux au sens large.

Un principe est une règle définissant un phénomène dans un domaine d’étude. Dans notre cadre, ça peut donc être appliqué à la mécanique du mouvement voir se confondre avec une stratégie d’école.

Une technique est un mouvement ou une série de mouvement applicable dans une situation donnée. La technique permet d’apporter en théorie une réponse à cette situation.

Exemple: L’esquive.

L’esquive est le nom d’un principe qui consiste à ne plus se trouver dans la trajectoire d’une frappe sans toutefois influer sur elle.

Un retrait de buste en boxe est une esquive. Cependant le retrait de buste ne s’applique et n’est utile que dans le cas où la frappe s’arrête là où était le buste avant de l’enlever et où la jambe avant n’a pas de risque d’être touchée. C’est donc une technique qui est utilisée dans ce cadre précis parce qu’elle est optimisée pour ce cadre. Exemple, sur un uppercut ou un coup de poing marteau, on vient retirer le buste pour sortir de la trajectoire.  Cette technique est alors dans ce cadre un applicatif du principe d’esquive.

Gardons l’exemple du retrait de buste de boxe, mais cette  fois mettons le dans un contexte totalement inadapté, par exemple un combat au sabre ou la machette. Si le même mouvement est effectué par l’attaquant, une attaque qui va de bas en haut avec un angle à 45° ou de haut en bas avec un angle de 45°C et que le défenseur retire son buste, certes le buste n’est pas touché mais la jambe oui à cause du fait que la jambe avant reste sur place lors du retrait de buste. Donc, la technique n’est pas adaptée à ce contexte. Pourquoi? Parce qu’elle ne respecte plus le principe de l’esquive qui est de sortir de la trajectoire de l’attaque.

Un instructeur de kali a dit un jour lors d’un stage que pour chaque technique il y a un moment, un contexte et une personne sur qui l’appliquer. Si un de ces éléments n’est pas là, la technique ne marche pas. C’est totalement vrai. Pourquoi? Parce que si on change le cadre, ce n’est plus le même principe qui doit être appliqué donc la technique choisie qui s’appuie sur un principe donné ne « marche » plus! Un exemple idiot qui illustre bien cela. En judo (ou en lutte en général), on va créer un déséquilibre pour faire tomber le partenaire. Le déséquilibre s’appuie sur un principe qui repose sur le fait que si on sort quelqu’un de ses appuis, il tombe. Prenons Osoto-gari. Le déséquilibre se fait en mettant l’ensemble du poids du partenaire sur une seule de ses jambes. Ceci fait que si l’on fauche cette jambe, et bien le partenaire tombe. Prenez n’importe quelle technique qui repose sur ce principe de faucher l’appui qui porte l’ensemble de la structure et vous obtenez le même résultat. Bien. Mettons les deux partenaires dans l’eau immergé jusqu’aux épaules. Appliquons les mêmes techniques. Evidement ça ne marchera plus. Pourquoi? parce que l’eau va donner des appuis partout, donc on ne peut plus utiliser le principe de localiser tout le poids sur un seul appui.

 

Comment exploiter cette compréhension à l’entrainement?

Une erreur commune chez les pratiquants d’arts martiaux (en particulier les débutants mais malheureusement parfois aussi chez des pratiquants de longues dates) est de chercher l’accumulation de techniques. C’est pour moi une erreur. Il faut au contraire chercher les dénominateurs communs de toutes ces techniques, les principes.

C’est aussi de la responsabilité de l’instructeur! Pédagogiquement, la technique doit être une illustration d’un principe. Et cette illustration doit être explicite! Il me semble qu’un professeur devrait toujours donner le principe sur lequel la technique se repose, PUIS le cadre d’application de la technique, PUIS la présentation de la technique elle-même et ENFIN les détails technique qui font que cette technique est une optimisation de l’application du principe qu’elle sous tend dans le cadre donné ou autrement dit, pourquoi ça marche, pourquoi c’est « efficace ».

Par conséquent, si on ne vous donne pas ces informations, cherchez les. Trouvez le dénominateur commun entre toutes les techniques qu’on vous montre dans une situation donnée. Normalement, si l’école est correcte, toutes ses techniques obéissent à des principes communs. Une fois ces principes identifiés, il est plus facile de s’affranchir de la mémorisation technique pour se concentrer sur le principe et l’exécuter comme bon vous semble.

Parfois, cette multiplication de techniques peut aussi être pour des raisons ludiques, pour amuser les étudiants en leur faisant faire toujours la même chose mais en donnant l’impression que c’est différent. Ce n’est pas un problème, mais il faut que tout le monde en ait conscience.

 

Et vous qu’en pensez-vous?