Compte-rendu de six mois d’entrainement en systema à Toronto

Bonjour à tous!

Dans cet article, j’ai réalisé une interview de Patrick Lutterbach, un pratiquant de Systema allemand que j’ai rencontré à Francfort et qui a décidé de partir s’entrainer à Toronto pendant six mois. L’interview originale était en anglais, je la publierai aussi mais la trduction que vous lirez ici a été réalisée par moi-même. J’espère que vous apprécierez!

schedule

Bonjour Patrick et merci de prendre le temps pour faire cette interview. Pour présenter un peu ton parcours, peux tu nous dire depuis combien de temps tu pratiques?

la photo de profil de Patrick Lutterbach

Bonjour Yvan! Cela fait environ 3 ans. C’est en 2013 que je me suis intéressé pour la première fois aux arts martiaux et grâce à youtube, j’ai été rapidement au courant et intéressé par cette discipline étrange appelée « Systema ». Je ne connaissais pas vraiment les arts martiaux avant ça, mis à part le judo que j’ai pratiqué enfant ( que j’ai arrêté parce que tout le monde était beaucoup plus agé que moi et m’écrasait !) et la boxe que je regardais à la télé.

Où as tu commencé le systema?

C’était dans une école à Francfort où j’allais m’entraîner environ 3 fois par semaine pendant 6 mois. L’entrainement était amusant, les gens sympas, mais j’ai pas vraiment accroché parce que rien là bas ne m’impressionnait pour me faire aimer la discipline. Mes attentes étaient bien sûr élevées après avoir regardé des vidéos de Vladimir Vasiliev et d’autres grands noms. Par chance, j’ai pu te rencontrer là bas et ce que tu faisais m’a apporté ce qui m’a permis de m’intéresser à la discipline. Comme tu vivais sur Francfort pendant six mois, on s’est entraînés ensemble et nous sommes allés voir Vladimir à Munster en février 2014.

Pourquoi avoir choisi Toronto plutôt que Moscou?

Grâce à ce séminaire à Munster avec Vladimir et le fait d’avoir regardé des heures de ses vidéos, j’ai ressenti le besoin d’aller à Toronto au Headquarter pour m’entrainer un moment. De plus, d’un point de vue pratique, je savais que je serai seul après que tu quittes Francfort. Vladimir était aussi ma référence et comme je ne parle pas russe, Toronto était le choix logique. En plus, le Headquarter offre environ 15 heures de cours par semaine (la première moitié de la semaine, Vladimir enseigne lui-même, la seconde par ses instructeurs Jason, Sasha, Igor). Je rajoute qu’il est possible également d’aller ‘entrainer chez Emmanuel Manolakakis où le systema est enseigné d’une façon différente de chez Vladimir.

Comment as-tu preparé ton voyage?

J’ai travaillé deux ans comme ambulancier et à ce moment là je voulais changer de voie (j’étudie maintenant pour être kiné). Comme mon contrat finissait mi février de cette année, j’ai vu l’opportunité de partir et d’utiliser cet argent pour passer 6 mois à Toronto pour ensuite chercher à intégrer une école. Et j’ai également eu le soutient de mes parents sans qui le voyage aurait été impossible.

Mon père m’a aidé à obtenir un visa, une assurance santé à l’étraner et a trouvé le site web où j’ai trouvé mon appartement (www.Kijiji.ca) où j’ai passé les 6 mois. En attendant, je faisais ce que je pouvais pour continuer à m’entrainer seul, en roulant au sol, faisant des pompes…. Et bien sûr, regardant des vidéos de systema. J’ai aussi fait un séminaire de 4 jours que tu as organisé à Toulouse avec Sinicha Jeftic , Helly Khosrow et un séminaire à Augsburg avec Konstantin Komarov avant de partir au Canada.

Comment s’est passé ton premier entrainement à Toronto? Surpris ?

Malheureusement, j’ai raté le premier cours du soir du lundi à cause du fils du propriétaire de mon appartement qui m’a plus ou moins gardé pour me poser toutes les questions possibles concernant l’Allemagne et tous ce qui à ses yeux lui sembalit intéressant. Du coup, je suis allé au cours du mardi matin où j’ai effectué mon premier cours. Vladimir était enchanté d’entendre que je venais d’Allemagne pour six mois pour m’entrainer avec lui et m’a remercié. Le voir s’incliner en face de moi pour me montrer son respect pour être venu si longtemps juste pour s’entrainer a été un moment fort. L’autre chose qui m’a surpris c’est le nombre de touristes par rapport aux étudiants réguliers. Il y avait déjà des gens venant du Japon, de Belgique, de France et il ne fallu pas bien longtemps pour engager la conversation et aller prendre un café en compagnie de certains d’entre eux. Nino D’Aversa est l’endroit où aller après l’entrainement avec quelques locaux et touristes, avant d’amener tout le monde manger de la bonne nourriture de l’autre côté de la rue. Donc mis à part que je ne me souviens pas du tout de l’entrainement de ce jour, je garde un très bon souvenir de mon premier cours.

Comment les cours sont-ils conduits?

Je ne dirais pas qu’il y a une sorte de cours classique, peut être quelques variations et bien sûr de temps en temps des surprises par Vladimir et d’autres. Beaucoup de cours commencent en marchant ou en courant de différentes manières et des montées et descentes. Certains commencent directement au sol, mais il y a toujours un chemin logique au sein d’un même cours, de sorte qu’on travaille toujours depuis un matériel de base jusqu’à gagner une totale liberté à la fin du cours. Le temps passé avec chaque partenaire dépend de Vladimir et de son attention à ce moment là, qui parfois peut souffrir de discussion avec les gens. Mais, c’est le point positif suivant de ce cours, Vladimir n’est jamais loin et on peut l’appeler et poser des questions, ou lui demander de montrer. Parfois, ça peut ne pas être bien utile, parce qu’il est difficile pour lui de se rendre compte à quel point notre niveau de compréhension peut être bas par rapport à lui. Vous connaissez la phrase «  ça a l’air facile » quand on regarde les dvds. Ses démonstrations d’exercices étaient évidemment toujours divertissantes et avec le temps de plus en plus utiles à regarder.

Avec qui t’es tu entraîné là bas?

Honnêtement, avec énormément de gens. Il y a toujours une fluctuation de touristes, donc sur ces 6 mois, je me suis peut être entraîné avec des dizaines d’entre eux plus les locaux bien sûr.

Qui t’as impressionné?

Il y a eu un grand nombre de personne qui m’ont impression. Le systema, et en particulier dans les deux écoles où je m’entrainais là bas, attire et garde des gens très particulier. Des gens qui réfléchissent à  leur vie, leur personnalité, leur ego, leur santé et leur spiritualité. En d’autres termes, des chercheurs de vérité et de bonheur. Du plus jeune au plus ancien de plus de 70 ans, je pourrais nommer tellement de gens qui m’ont aidé à l’entrainement et dans la vie avec leurs mots et leurs actes que je ne peux en citer un seul au final, mis à part Vladimir lui-même bien sûr. Une anecdote, après un long entrainement durant ma première journée, je m’entrainais et parlais à une fille qui s’entraine plutôt au fight club en général et qui m’a demandé si je m’entrainais ici régulièrement. « Non, il vient d’Allemagne » lui a répondu Vladimir qui soudainement se tenait juste derrière moi, sans que je m’en soit aperçu. Lors de ma dernière visite à Toronto il y a deux mois et demi, un ami et moi étions à la sortie en train de discuter et Vladimir était assis à son bureau quand une mouche est venue voler autour de lui. IL a naturellement attrapé cette mouche pour l’amener ailleurs. Mon ami et moi nous sommes regardés, en se demandant si on venait vraiment de voir ça… Juste deux courtes histoires de ma première et deuxième fois là bas, mais il y en a de nombreuses autres qui vous laisseraient curieux ou heureux. De plus, sentir les mouvements de Vladimir comparés aux autres est impressionnant en soi.

As-tu senti un fossé entre le niveau à Toronto et en Europe?

Tout d’abord, je tiens à préciser que je n’ai qu’une experience limitée sur l’entrainement en Europe. J’ai commencé à Francfort, je suis allé à Augsburg (ndlr: chez Andreas Weitzel) et quelque fois en stage à Toulouse. Mon sentiment est que le niveau est meilleur à Toronto chez les gens qui habitent là bas et s’entrainent de façon régulière. Par contre, ton cours (à l’ADDAM) a choisi une voie et une méthodologie très claire (ndlr: grâce à Konstantin Komarov) que vous suivez, et vous faîtes un très bon travail. Cependant, cette méthodologie fait de vous un cas très à part par rapport à Toronto (et par rapport aux autres endroits que je connais) où il faut toujours donner des cours différents parce qu’il y a toujours des nouveaux élèves à chaque cours. Même avec seulement le nombre d’élèves locaux, il n’est pas possible d’avoir la dynamique et la continuité qu’un groupe fixe de gens motivés peut créer.

Quel a été l’élément le plus important que tu as ramené de ton entrainement là bas ?

Grande question… Je dirais: mes impressions personnelles, sensations et pensées que j’ai reçus pendant sept mois chaque jour avec de supers personnes. Les phrases qui restent dans ma tête (particulièrement Emmanuel (Manolakakis) qui est bon avec les mots), l’impression de douceur et le niveau que d’autres personnes ont. Je dirais la première chose que j’ai eu à apprendre de mon premier voyage a été de passer outre mon ego et d’être humble, et d’accepter tout le monde comme enseignant, et chaque situation comme une leçon.

Peut être aussi deux citations de Vladimir : « Le systema est de tout sentir » et « Patrick, tu peux t’entrainer n’importe comment, mais continue toujours de respirer ». Au final, la chose la plus importante que je ramène à la maison est un nouvel horizon pour moi-même.

Combien de temps doit tu rester pour sentir une amélioration significative de ton niveau?

J’ai expérimenté que cela dépend seulement de toi et du niveau d’entrainement et de compréhension que tu as déjà. Les possibilités pour gagner en niveau sont vraiment là bas, simplement par la présence de Vladimir et d’Emmanuel, tu as tout le savoir et le niveau pour être meilleur. MAIS, comment tu regardes ? Comment tu comprends ? Est-ce que tu vas voir Vladimir pour lui poser des questions et lui demander de sentir ce qu’il fait? Même chose pour trouver de bons partenaires et de faire en sorte de travailler le mieux possible avec ceux qui le sont moins ? Le plus tu en connais et le plus tu sais faire, le plus de bénéfices tu en tireras, et en fonction de toi, même un seul cours peut changer ta perception et donner de nouvelles capacités.

Prévois tu d’y retourner?

J’y suis en fait déjà retourné cet été. Je prévois d’y retourner l’année prochaine. Pas pour l’entrainement mais pour les amis, la culture et mon propriétaire russe qui m’a hébergé !

Merci de nous avoir parlé de ton experience!

Ça a été un plaisir! Si jamais il y a plus de questions, n’hésitez pas à me contacter!

 

 

J’espère que l’interview vous a plu et si vous souhaitez en savoir plus laissez vos questions dans les commentaires!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *