Compte-rendu : mon premier cours d’Aikido avec Jérémie Fuzeau du Yoki Dojo

 

J’ai toujours apprécié l’Aikido. Le style, les principes et la philosophie qu’il porte m’ont toujours attiré. Malheureusement, les quelques cours que j’avais essayé ou vu  ne m’ont jamais donné suffisamment envie de m’engager. En effet, certaines attitudes, certains conditionnements m’avaient déplu et je me retrouvais face à un discours qui ne se reflétait pas dans les actes.

Lorsque j’ai contacté Jérémie, j’ai directement apprécié sa simplicité lorsqu’il parle de sa discipline, loin de l’aspect pompeux que j’avais pu voir avant. Ne m’intéressant absolument pas à la nébuleuse politique de l’Aikido dans ce pays, je ne saurais dire à quel style il se rattache. J’avais apprécié le pratiquant et donc nous nous sommes mis d’accord pour qu’il ouvre un cours dans la salle de mon association. Lorsque j’ai assisté au premier cours, j’ai vu un travail très agréable, très précis et non complaisant. De plus Jérémie propose un travail vraiment propre. J’ai donc décidé de participer à un cours pour avoir un ressenti.

Le cours portait globalement sur une attaque dans un plan vertical plus ou moins incliné. L’attaque a été travaillée à mains nues et au sabre. Ce lien est très intéressant parce qu’à l’instar par exemple des arts martiaux philippins, l’utilisation de l’arme semble clairement conditionné la forme de corps en Aikido pour le peu que j’ai senti. Du coup, le positionnement et le déplacement ne change pas en fonction du type de coup porté. L’ancrage du corps quant à lui semble se faire beaucoup en recherchant le sol. Là encore, je suppose que l’utilisation d’arme comme le sabre ou le bâton long conditionne ce type de forme de corps.

D’un point de vue stratégique, je n’ai pas vraiment été dépaysé puisque la recherche du vide et du retrait d’appuis dans le mouvement a été central durant ce cours. La difficulté a plus été dans l’utilisation de ce type d’utilisation de la structure en statique puisque ce ne sont pas des chaînes musculaires que j’utilise avec ma pratique habituelle. Autre difficulté, l’utilisation du sabre. C’est un pan d’utilisation en soi et je n’ai jamais travaillé cela. Cela reste un exercice intéressant pour moi puisque la plupart des armes que j’ai pu travailler se tenaient à une seule main. L’utilisation des deux mains change beaucoup les sensations, en tous cas pour moi. Enfin, dernière difficulté, l’étiquette des arts martiaux traditionnels japonais, à l’opposé de mes pratiques actuelles que j’ai eu du mal à retenir tout le long du cours. Je suppose que ça vient avec l’habitude !

Enfin, le dernier point qui m’a vraiment plu est l’attitude des partenaires. Il n’y avait pas de complaisance dans les réactions, l’engagement était déterminé mais honnête. Ils ne tombaient pas au moindre contact, ce que j’avais pu voir ailleurs. Par conséquent, le travail était intéressant sur la recherche du déséquilibre et du positionnement juste.

Bref, une excellente expérience que je compte renouveler régulièrement.

jeremy

image provenant de http://www.aikido-toulouse-31.com/

Jérémie donne également des cours à Toulouse et il organise bientôt la venue d’Alain Peyrache, une référence mondiale en Aikido au CREPS de Toulouse.

Toutes les infos sont ici : http://www.aikido-toulouse-31.com/

A bientôt

Taxam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *