Marcher et pratiquer pieds nus

La pratique des arts martiaux et sports de combat peut se faire soit en chaussures, soit pieds nus. En ce qui me concerne, j’ai toujours préféré être pieds nus à l’entraînement. Même en extérieur, excepté en cas de risque de coupure, je préfère être pieds nus. Pourquoi? Parce que en terme de sensation de la posture, j’ai beaucoup plus de facilité à être conscient de ma posture lorsque ma plante des pieds est directement en contact avec le sol. En cherchant la raison scientifique du pourquoi cette différence flagrante, je suis tombé sur l’article: “Barefoot vs common footwear: A systematic review of the kinematic, kinetic and muscle activity differences during walking” par Franklin et al., 2015. Je vais le commenter ici.

 

Pratiquer pieds nus pour améliorer la conscience posturale

 

La marche pieds nus fait de nombreux adeptes. On lui prête de nombreuses vertues plus ou moins confirmées scientifiquement. On peut parler de la mode du grounding qui prône une reconnexion à la Terre par le contact direct avec le sol ou encore la marche et la course pieds nus. Au-delà des effets psychologiques ou énergétiques en fonction des croyances de chacun, un fait est avéré, les pieds sont très riches en mécano-récepteur. La cheville est quant à elle une des principales entrées contrôlant la posture.

Ceci implique que les informations passant par le pied vont avoir une conséquences sur le reste de notre posture. La mise de la plante des pieds dans une semelle confortable fait alors office de gant entraînant une baisse de la sensibilité du pied. Ceci peut avoir des conséquences sur la santé mais ce n’est pas à cela que nous allons nous intéresser ici.

Dans la pratique des arts martiaux, le travail postural est extrêmement important. En effet, on cherche à maximiser les effets du corps en alignant et en faisant travailler en synergie les différentes structures anatomiques. Dans ce cas, les entrées posturales sont cruciales puisqu’elles nous permettent de nous positionner au mieux dans l’espace. Pratiquer pieds nus est donc certainement très intéressant pour travailler sur les formes. Pour avoir des pistes expliquant cela, la revue “Barefoot vs common footwear: A systematic review of the kinematic, kinetic and muscle activity differences during walking” permet d’approcher les différents points positifs d’une telle pratique.

 

Introduction sur les fonctions du pied

 

Le pied humain, c’est malgré une petite surface, 26 os, 19 muscles et 33 articulations. Il a pour fonction de supporter notre poids et répartit au mieux les forces soumises par notre démarche. En plus de cela, les différents muscles à la fois dans le pied et autour permettent sous le contrôle du système somato-sensoriel de réguler la posture. De plus, 104 mécano récepteur sont présents dans le pied, répartis au niveau des zones de contact de la plante du pied avec le sol. Leur activité cesse dès qu’il n’y a plus de charge dessus. Le pied est donc clairement un régulateur de la posture.

Les premières chaussures auraient été utilisées il y a 40000 ans. Dans la culture moderne, les chaussures sont devenues des contraintes pour les orteils entraînant des déformations qui posent problème en vieillissant. Quant aux talons, les hauts en particuliers, ils entraînent de gros dégâts sur les muscles de la cheville. En effet, ils raccourcissent le muscle gastronémien, fragilise le tendon d’Achille, rendant la cheville plus fragile.

Les chaussures modifient donc les structures anatomiques mais pas seulement. Il a été montré que plus la semelle est épaisse, moins les pieds jouent leur rôle de capteurs de l’environnement rendant les chevilles plus sensibles aux entorses diverses.

Dans leur revue, les auteurs ont donc fait le travail de recenser l’ensemble des études réalisées sur la différence entre marche pieds nus et avec chaussures en traitant 924 communications courant des années 1980 à 2014.

Résultats sur la marche et la réactivité

Marcher pieds nus diminue la longueur des pas mais une augmentation de la fréquence de la marche. Les chaussures, même flexible tendent à augmenter la longueur et diminuer la fréquence des pas. Autre phénomène intéressant, le temps de contact avec le sol diminue lorsqu’on est pieds nus tandis qu’il augmente avec les chaussures. A l’inverse, le temps de balancement augmente en l’absence de chaussure ainsi que la longueur de la foulée. Détail amusant, chez les personnes âgées, le simple port de chaussette tend à rapprocher des caractéristiques du port de chaussure.

Globalement, ce que l’on peut retenir est que les chaussures donnent un pas plus lourd et une moins bonne sensibilité. On est plus pataud en fait… Le fait que les personnes âgées avec des chaussettes ont ce comportement pataud laisse supposer que la sensibilité du pied aide à avoir moins d’appuis au sol et donc moins de contraintes sur la structure.

 

Une différence dans la dynamique du mouvement lors de la marche

 

De grandes différences dans le mouvement même de la marche ont été observées entre le pied nu et la chaussure. La forme du pied est très différentes chez les populations marchant pieds nues et les populations marchant en chaussures. L’angle de la cheville est également modifié lors de la prise de contact avec le sol, changeant la répartition des forces à l’impact. La rotation externe, l’eversion et l’adduction sont aussi impactées.

Tout ceci va également impacter le comportement du genou. Le genou subit en effet beaucoup plus de force d’impact durant la marche lors du port de chaussures. En effet, lorsque l’on marche pieds nus, une flexion légère du genou s’opère à chaque pas. Ce n’est pas le cas avec des chaussures. Ceci est certainement du à la diminution de la proprioception au moment de l’impact avec le sol à cause de la mise en silence des pieds à cause des semelles.

 

Les différences dans les transferts de force

 

Aux vues des différences fonctionnelles entre les deux situations, il est attendu d’observer également de grosses différences dans la répartition des forces. Globalement, on retiendra de cette partie que les hanches et les genoux travaillent beaucoup plus dans la marche pied nu que dans la marche avec chaussures. Ceci entraîne une grande diminution de l’énergie bloquée par le corps au cours de l’impact. De plus, il semblerait qu’une plus grande force de propulsion soit à l’oeuvre lorsqu’on marche sans chaussures.

On observe également une différence dans la localisation du centre de pression. Il se situe plutôt au niveau de la plante des pieds chez les marcheurs pieds nus tandis qu’il est sur la cheville et le talon pour les porteurs de chaussures.

 

L’activité et comportement des muscles

 

Là aussi, le comportement des muscles changent. En résumé, les muscles fonctionnent plus intensément mais sur un temps plus court dans le cas des marcheurs pieds nus tandis que les contractions sont plus faibles mais plus longues avec des chaussures. Il est intéressant que ce comportement se retrouvent jusque ans les sterno-cléido-mastoïdien et dans les muscles du dos qui pourtant sont bien loin du pied… Par contre, il semble que les chaussures flexibles donnent un comportement musculaire presque identique que pieds nus sauf pour les sterno-cleido-mastoïdiens.

 

Discussion de l’article

La marche pieds nus et la marche avec chaussures donnent des différences en particulier sur le motif de marche. On notera tout de même que les chaussures plus flexibles réduisent largement la différence avec les pieds nus. La tendance globale est que les chaussures donnent une marche et une course plus lourde, avec plus d’impact et d’appui. Ceci conduit également à une plus grosse tension exercée sur les genoux favorisant l’arthrose. Il semblerait également qu’il soit bon pour le développement de l’enfant d’être le plus possible pieds nus. En effet, leur squelette serait ainsi moins touché par les chocs de la marche.

Enfin, les risques de glisser sont moindres pieds nus grâce à une meilleure sensibilité du pied. De simples chaussettes étant capable de diminuer cette capacité à bien s’ajuster au sol. Dans ce cas, l’utilisation des chaussures souples n’est donc pas la panacée.

 

Conclusion

 

Cette revue de littérature montre que la marche pieds nus soit plus bénéfique et moins traumatisante sur le long terme. Pour le ramener à la pratique des arts martiaux, lorsqu’on veut développer une posture légère et mobile, l’entraînement sans les chaussures devrait faciliter les choses. De plus, la mobilité est très liée à la capacité à sentir vite ce qu’il y a autour. Une raison de plus pour travailler sans chaussure. Par contre, pour les styles où on cherche à être enraciné, le port de chaussures semble moins problématique.

Toutefois, il semble que l’absence de sensibilité du pied influe directement sur les autres entrées posturales, ralentissant leur adaptation. Par conséquent pour tout ce qui concerne la posture, un travail fin devrait se faire pied nu. Je pense aux techniques comme l’arbre ou autre.

D’un point de vue pratique pour la vie de tous les jours. Les chaussures flexibles semblent un bon compromis. Elles empêchent de se couper trop facilement tout en réduisant les effets néfastes sur la posture. Par conséquent, s’en procurer peut être une bonne idée.

En ce qui me concerne, j’essaie de pratiquer pieds nus au maximum. Même les sols extérieurs au final ne sont pas si gênant. Socialement par contre, ce n’est pas jouable d’être toujours ainsi. Néanmoins, marcher pieds nus au maximum est toujours mieux que rien.

 

 

Alors marcher pieds nus, une bonne habitude pour vous?

N’hésitez pas à laisser vos commentaires et à partager cet article s’il vous a été utile!

 

A bientôt

 

Yvan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.