Khabib VS McGregor à l’UFC, qui est le vrai gagnant?

Il y a quelques jours se tenait l’UFC 229 avec un nouveau combat du siècle (marketté ainsi comme à peu près tous les ans), Conor McGregor vs Khabib Nurmagomedov. L’UFC ne m’intéresse plus depuis longtemps, il n’y a généralement pas beaucoup plus d’enseignement à tirer sur les arts martiaux en général, la discipline étant devenu un vrai sport structuré obéissant à ses propres règles. Néanmoins, le bruit qu’à fait le combat a finalement fait que j’ai regardé ce combat. Le combat en soi était intéressant avec une domination outrageuse du russe qui finit par soumettre un McGregor exténué. C’est après que les choses sont parties en vrille…

Tout d’abord, voici le combat. Le titre du russe ne souffre aucune contestation. La suite,elle, est pathétique… Son comportement après combat est inacceptable. Alors lui et ses fans se justifie par le fait que Mc Gregor a insulté sa religion, sa famille et le reste. Si la fanosphère prenait un peu de distance, ça a été aussi la justification pour massacrer une rédaction de journalistes à Paris… Quelqu’un t’insulte? Tu portes plainte et basta. Surtout que le gars il est aux USA. Le pays où tu peux gagner un procès contre quelqu’un qui t’as mal regardé et à qui tu peux soutirer des millions de dollars dans la foulée. Millions de dollars qui sont au passage bien plus que ce qu’il a gagné pour son combat… Enfin bref.

Pourtant, ce n’est pas de ça dont je veux parler dans ce billet. Ce dont je veux parler, c’est du type le plus puissant du MMA, le mec qui peut soumettre n’importe quel combattant de MMA et autres du monde sans avoir à transpirer une goutte. Je parle de Dana White, patron de l’UFC.

 

Le patron de l’UFC: Dana White

 

Dana White, patron de l’UFC

 

Dana White a eu une ascension fulgurante. Il a commencé en tant que manager de Tito Ortiz et Chuck Liddel. Sa position lui a permis d’être au courant quand l’ancien propriétaire de l’UFC décida de vendre l’entreprise. Il s’associe alors à un ami d’enfance, propriétaire de Casino et membre de la commission athlétique du Nevada et rachète l’UFC. Dans la foulée, il rachète ensuite le Pride (et le coule), laissant l’UFC être la plus grosse organisation de MMA au monde. La force de l’UFC? Le show mélangeant la puissance d’Hollywood et le savoir faire de la WWE, la fédération de catch. Dana White a aussi un petit background de boxeur. Il connait le monde de la boxe anglaise et comment créer une ambiance électrique pour un match.

Ainsi, White est programmé pour faire un grand show et également beaucoup d’argent grâce à un business juteux.

 

L’UFC, une situation de quasi-monopole

 

Dana White en récupérant le Pride et en ayant l’UFC a eu l’opportunité de récupérer les plus grands noms du MMA des années 2000 à 2010. Ainsi, Fedor, Mirko cro cop, Wanderlei Silva, Quinton Jackson, même Royce Gracie ont signé des combats à l’UFC. Ayant fait des performances assez pauvres, White a ainsi convaincu le monde du MMA que l’UFC était l’organisation la plus compétitive, écrasant ainsi les organisations japonaises et toutes les organisations mineures.

L’avantage d’un monopole, c’est de pouvoir ensuite être en position de force pour négocier. Ainsi, les primes de l’UFC sont souvent ridicules comparées à l’argent généré mais personne ne dit rien donc tout va bien. Un autre avantage est la visibilité, l’UFC est devenu de fait l’organisation la plus visible de tous les fans de MMA. Toutefois, cela génère un autre soucis, l’ensemble du marché est donc rapidement atteint.

Comment faire alors pour attirer l’attention? En utilisant les plus bas instinct du public visé pour faire du bruit…

 

Quand les arts martiaux deviennent une télé-réalité

 

Pour cela, Dana a repris ce qui a fait le succès de la boxe anglaise et du catch américain: l’ambiance avant combat et en particulier le trash-talking. Le trash-talking à ceci de magique qu’il permet de très facilement diviser les gens. Avec des messages simples à comprendre et en jouant sur des notions simples comme l’injustice, le nationalisme, le racisme, les combattants par leur trash-talking parviennent à regrouper les fans qui deviennent haineux les uns envers les autres. L’avantage est qu’il a été montré en marketing que l’émotion permet de supprimer la notion de réflexion dans un achat pour le rendre quasi-compulsif (voir la stratégie d’apple par exemple). Ainsi, en jouant avec les émotions des fans qui laissent leur cerveau de côté, Dana vend facilement du pay-per-view très très cher.

Pourquoi pas après tout business is business. Si les fans acceptent cela, pourquoi ne pas le faire. Mais quand d’autres sports populaires comme le football essaient de réguler les dérives de ce type en donnant un aspect très lisses aux commentaires des joueurs et des entraîneurs, à l’UFC, ceci est amplifié.

Le problème vient quand les combattants eux-mêmes ne font plus la différence entre le show et la vraie vie. Ici Khabib qui s’excuse d’être à côté de la plaque…

 

 

Les valeurs des arts martiaux et l’UFC

 

Il y a une différence énorme entre le pride, le K-1 et l’UFC. La qualité des fans. Les japonais savent ce qu’est le respect et l’étiquette. Réellement. Un manque de l’un et de l’autre  ne plaît pas au Japon. Aux USA, et parmi les fans occidentaux, le respect est à géométrie variable et l’étiquette un concept de faible. Il suffit d’entendre les gens des sports de combat parler par exemple de la “jupette” de l’Aikido… Ce que fait Dana White marcherait beaucoup moins au Japon, voir pas du tout. Au Pride, le marketing était fait autour des valeurs telles que la persévérance, le courage… Il suffit de revoir comment les combats de Sakuraba vs Wanderlei ou Yoshida étaient montés. Il n’y avait pas de tentative d’intégrer de la haine envers Silva mais plutôt d’exacerbé le côté positif avec des outsiders qui allaient tout donner pour faire honneur à leur public. A cette époque, l’esprit du Budo était bien présent. Tout n’était pas clean attention, mais on c’était une compétition pour faire briller les combattants.

 

 

On est loin de l’insulte systématique de Mc Gregor envers Khabib…

 

Le grand gagnant: Dana White

 

Je ne m’étais pas du tout intéressé à l’avant-match Khabib/ Mc Gregor. C’est juste après que j’ai regardé ce qui avait mené à cette fin. La conférence de presse était juste à vomir. On se serait cru devant un épisode (je dis même pas mauvais c’est pléonasmique) de télé-réalité où deux mecs jouent les simplets pour exciter les gens qui regardent le tout poussé par la production. Le but a été atteint puisque les chiffres ont été excellents. Dana White est donc sorti gagnant avec cette méthode consistant à diviser la plèbe et exacerber ses pulsions pour la faire consommer. Machiavel aurait tout à fait approuvé. En cela, je considère Dana White comme un excellent stratège, surtout qu’il reste totalement sous les radars. Par ailleurs, en termes d’enseignement, c’est certainement le truc le plus intéressant à suivre à l’UFC si on ne s’intéresse pas à ce sport.

De plus, il sera très difficile de le surpasser tant qu’il aura décider de rester. Ce n’est pas un ancien combattant reconvertit qui le mettra dehors. C’est là que l’on voit la vraie puissance. Dana White est la personne la plus puissante de l’UFC. Peu importe ce qui se passe dans la cage, la vraie performance c’est de réussir à y enfermer deux personnes pour qu’elles se tapent dessus et de s’enrichir avec…

 

Conclusion

 

Dana White est le vrai champion du MMA. Celui qui dure le plus, celui qui contrôle tout. Y compris les fans qui ne s’en aperçoivent même pas et qui perdent un temps fou à s’insulter les uns les autres pour savoir qui a raison ou tort. Les autres gagnants sont ceux comme Mc Gregor qui ont compris que leur boulot est plus catcheur que combattant. Evidemment il est très fort. Mais il vaut mieux être bankable que fort pour réussir et ça il l’a bien compris. En jouant bien son rôle et en multipliant les followers, il a réussi à faire fortune, ce qui est un bel exploit dans un milieu comme le MMA ( même si il semble que ce soit surtout son combat de boxe qui l’a mis à l’abri). On peut citer aussi le succès du catcheur Brock Lesnar qui à l’époque avait utilisé les mêmes ficelles puis qui est retourné au catch…

 

Conor Mc Gregor tient autant de l’acteur Hollywoodien que du combattant et s’intéresse clairement plus à l’acting qu’au combat…

Par contre, il y a des grands perdants, ceux qui se détruisent la santé pour quelques dizaines de milliers de dollars, qui font une petite carrière et qui disparaissent. Je suis incapable de citer un combattant hors top 5 peut-être chez les mi-lourds d’il y a ne serait-ce que 5 ans… Par contre, ce qui m’a surpris c’est que même des gens qui suivent ne sont souvent pas capables.

A l’image de la télé-réalité, ce sont des gens à qui on s’intéresse quelques saisons et qui retombent dans l’oubli… A l’inverse, même parmi les gens qui s’intéressent peu aux MMA, la plupart sont encore capables de citer la plupart des combattants du pride avec des matchs qui sont restés dans l’histoire…

Un commentaire

  • Thomas

    Magnifiquement dit!

    En effet, on en est toujours à Rome, mais avec des armes bien plus puissantes et ( parfois), plus subtiles qu’avant, merci Taxam!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.